Henri de Toulouse-Lautrec
(Albi, 1864-1901, Ch. de Malromé, Gironde)
Confettis, 1894
Huile sur toile, 55.5 x 43 cm
Signé & daté en bas à gauche: HTLautrec 94
Dortu P. 517
Sa capacité à réduire les formes permet à Toulouse-Lautrec de faire ressortir l’essentiel. Par l’intermèdiaire de la lithographie, cette tendance devait le conduire à l’affiche qui, dans le Paris des années quatre-vingt-dix, fêtait, surtout grâce à lui, ses plus grands triomphes. Les lieux de plaisir de Montmartre où Lautrec, le paria de la société, avait trouvé sa vraie patrie, lui permirent d’exécuter ses premières commandes. Tableau et lithographie sont très différents chez Lautrec; les lithographies pour les affiches sont parfois créées des années après les tableaux. "Confettis", daté de 1894, est un des très rares tableaux à l’huile qui étaient des études préparatoires pour des affiches. Sur la toile blanche du fond se détache le dessin mouvementé qui appartient aussi bien au dix-huitième siècle qu’à l’art nouveau. Le vert criard contraste violemment avec le rouge vif de la bouche et les cheveux roux tandis que l’effet produit par l’affiche de la maison londonienne de confettis J. et E. Bella, de la même année, est atténué par le dessin en noir, rouge et orange sur un fond tacheté bleu-gris. "Confettis" est, moins que les autres affiches de Lautrec, construite sur une silhouette monumentale; elle possède des caractéristiques présentes chez les artistes d’avant-garde dans le domaine de l’affiche, tels Jules Chéret et Pierre Bonnard dont l’affiche "France-Champagne", de 1891, apparaît comme un pendant à "Confettis". En même temps, l’affiche est un hommage rendu à l’actrice Jeanne Granier, dont Lautrec a tenté longuement de rendre l’insaisissable sourire.