Paul Signac
(Paris, 1863-1935, Paris)
Canal della Giudecca, Matin (Santa Maria della Salute), 1905
Huile sur toile, 65 x 81 cm
Signé & daté en bas à gauche: P. Signac 05
Cachin 420
Toute sa vie, Signac est resté fidèlement attaché au néo-impressionnisme dont il devint un défenseur infatigable et un propagandiste important, capable de démontrer de manière convaincante que les connaissances fondamentales de la théorie des couleurs existaient déjà chez Delacroix. A son intérêt pour les théories artistiques s’ajoutait une nature robuste, sportive et un goût très vif pour la voile qui devait influencer son activité artistique. Les environ cent ports français dans lesquels il avait mouillé laissèrent leurs traces dans son œuvre. Plus tard, Signac poussa ses voyages jusqu’à Venise et à Instanbul, où le peintre et le navigateur trouvèrent à la fois leur satisfaction. Un agrandissement des touches de couleur pure justifia les formats plus grands des paysages tardifs; il permit aussi une exécution plus rapide d’autant plus que, dans la représentation du ciel et de l’eau, ces touches furent disposées en rectangles si espacés qu’elles laissaient apparaître le fond blanc du tableau. Celles-ci contribuaient à créer l’illusion d’une vibration de la lumière et de l’eau. Cette vue de Santa Maria della Salute, de 1905, est un bon exemple de cette technique. Les dégradés turquoise du premier plan s’éclaircissent vers le haut en tons roses et bleu ciel qui donnent au tableau une très grande force lumineuse et colorée.