Paul Signac
(Paris, 1863-1935, Paris)
Les Modistes, 1885/86
Huile sur toile, 116 x 89 cm
Signé & daté en bas à droite: P. Signac 85
Cachin 111
Les modistes de Paul Signac occupent une place à part dans l'histoire de l’impressionnisme français. Signac présenta pour la première fois ce tableau lors de la huitième et dernière exposition qui réunit les impressionnistes au printemps 1886. La toile était exposée dans une pièce séparée qui portait le nom de salle des « néo-impressionnistes ». Un groupe de jeunes artistes y était représenté dont les œuvres annonçaient la fin de l’impressionnisme de la première heure. La technique utilisée par les néo-impressionnistes pour peindre leurs toiles fit en effet sensation. L’apposition appliquée de petites touches de couleur donna son nom à ce mouvement : le « pointillisme ». Le peintre Georges Seurat qui avait mis au point cette technique utilisait également le terme de divisionnisme, soulignant ainsi l’ambition d’objectivité scientifique qui le motivait. A la différence des impressionnistes qui fixaient sur la toile des impressions fugitives et accidentelles, les néo-impressionnistes recommencèrent à peindre des compositions soigneusement élaborées. La luminosité hétérogène de la tapisserie des Modistes de Signac en est un parfait exemple. Celle-ci naît grâce aux couleurs contrastées de la première couche de peinture et fait ressortir le personnage vêtu d’habits sombres qui se tient en arrière-plan. La réalisation de ces toiles nécessitait manifestement beaucoup de travail. Dans les premières années du néo-impressionnisme, très peu de tableaux ont été peints et Emil Bührle a eu la chance énorme de pouvoir en acheter un exemplaire pour sa collection.