Odilon Redon
(Bordeaux, 1840-1916, Paris)
La Chute de Phaéton, vers 1910
Huile sur papier, 40 x 48 cm
Signé en bas à gauche: Odilon Redon
Wildenstein 875
Odilon Redon est né en 1840 à Bordeaux. Bien que de la même génération que les impressionnistes, il a cependant peu de choses en commun avec eux, même s'il prit part, en 1886, avec Seurat et Signac, à la dernière exposition du groupe. Il partage plutôt le destin de Puvis de Chavannes dont les racines remontent au romantisme de Delacroix et dont l'impressionnisme visionnaire, élevé, ne fut apprécié que tardivement par Emile Bernard, Gauguin et les symbolistes. Au plus profond de lui-même, Redon est un individualiste, un solitaire très attaché au domaine paternel de Peyrelebade, dans le Médoc, avec son jardin sauvage et son paysage de landes. Là, dans ce paysage vaste et désertique, vers lequel il revient toujours, sa fantaisie peut se développer et il en anime volontiers ses visions.
Les nuages aux formes changeantes, qui montent du proche Atlantique, et l'alternance du clair et de l'obscur sont des sources inépuisables pour sa fantaisie. De là, il n'y a qu'un pas de ce spectacle de la nature à la représentation du char du soleil d'Apollon, l'un des thèmes favoris de Redon, dont Klaus Berger mentionne douze versions ou la représentation du téméraire Phaéton, fils d'Hélios, qui perd le contrôle du char du soleil qu'il a emprunté et qui tombe, touché par la foudre de Zeus. Ainsi, la terre est sauvée de la flamboyante puissance du soleil: spectacle de lumière tournoyante. Dans le tableau à l'huile, Redon ne renie pas le graphiste de ses débuts lorsqu'il dessine, au fin pinceau noir ou à la plume, des traits ondulés ou des hachures qu'il entoure de couleurs violentes: jaune, orange et rouge, pour rendre la brûlante lumière du soleil.