Claude Monet
(Paris, 1840-1926, Giverny)
Champ de coquelicots près de Vétheuil, vers 1879
Huile sur toile, 73 x 92 cm
Signé en bas à droite: Claude Monet
Wildenstein 536
Claude Monet a peint ce champ de coquelicots peu de temps après son installation à Vétheuil avec sa famille. A l’époque, le peintre vivait une période difficile. Son épouse Camille mourut des suites d’une longue maladie et il devait subvenir à la fois aux besoins de ses propres enfants et à ceux des enfants de sa nouvelle compagne, Alice. On suppose qu’elle est l’un des personnages représentés au premier plan en train de cueillir des coquelicots pour en faire des bouquets. Mais ce tableau de la collection Bührle n’a pas uniquement un intérêt biographique. Il témoigne également d’un moment important dans l’évolution artistique de Claude Monet : le coup de pinceau rapide et impressionniste de l’artiste devient de plus en plus un instrument au service de la représentation elle-même. Ceci est particulièrement visible à l’endroit où Monet fait ressortir avec de larges coups de pinceau le ciel, le distinguant ainsi des fleurs mouchetées du champ. Des touches frisottées rendent le buisson situé au milieu du tableau, sur la gauche, tandis que de longs traits horizontaux représentent le cours tranquille de la Seine qui traverse le village de Vétheuil. La critique a très tôt désigné Claude Monet comme étant le chef de file des paysagistes impressionnistes. Comme aucun autre, il considérait la peinture paysagiste comme un défi quotidien qu’il expérimentait à l’aide de moyens stylistiques novateurs et en se fixant des objectifs sans cesse renouvelés. Quelques années seulement après avoir peint cette vue de Vétheuil, Claude Monet va s’intéresser aux variations de couleurs et de luminosité qu’il observe sur des motifs semblables. Tout à la fin de sa vie, il donnera une nouvelle dimension architecturale à l’impressionnisme grâce à ses panneaux de nymphéas.