Eugène Boudin
(Honfleur, 1824-1898, Paris)
Berck, pêcheuses, 1894
Huile sur bois, 22.5 x 33 cm
Inscrit, signé & daté en bas à gauche: Berck E. Boudin 94
Schmit 3231
Entièrement vouée à la peinture, la vie de Boudin est sans histoires. Le plus souvent à Paris durant l’hiver, il passe toujours les mois d’été sur les côtes de France; depuis 1885, il fréquente aussi les bords de la Méditerranée. Entre 1892 et 1895, il fit également trois séjours à Venise. Vers la fin de sa vie, sa valeur d’artiste fut reconnue et il fut appuyé par Durand-Ruel, même aux Etats-Unis. Durant l’été 1894, après un séjour à Venise, il se retrouve comme souvent à Berck-sur-Mer, au bord du canal, où peignit aussi Manet. Après la mort de sa femme, en 1889, la solitude et une certaine résignation caractérisaient la vie du septuagénaire, mais rien n’en transparaissait dans son oeuvre. La "Plage à Berck" en témoigne. Sur le gris rose frais de la plage se détache, dans des bleus et rouges foncés, le joyeux groupe de jeunes filles normandes qui pêchent, animé de foulards blancs. Derrière elles, la mer s’est éloignée et c’est la marée basse; le ciel est légèrement nuageux et son aspect lointain est accentué par les bateaux de pêche du premier plan. Un tableau plein de tendresse et de force qui, malgré sa facture traditionnelle, possède une grande fraîcheur.