Paul Cézanne
(Aix-en-Provence, 1839-1906, Aix-en-Provence)
Madame Cézanne à l'éventail, 1878/88
Huile sur toile, 92 x 73 cm
Rewald 606
Souvent Paul Cézanne a pris sa femme Hortense comme modèle pour ses portraits car sa méthode de travail nécessitait beaucoup de patience lors des séances de pose. Dans sa main droite, Madame Cézanne tient un éventail plié. Sa robe grise décorée de nœuds noirs est assortie à la tapisserie à fleurs. Le portrait de la collection Bührle fut réalisé dans l’appartement parisien du couple avant d’être retravaillé par l’artiste dix ans plus tard. C’est à cette occasion que le visage revêtit cette rigidité caractéristique qui le fait ressembler à un masque et dont les yeux sont quasiment réduits à de simples cavités noires. Cette toile intégra la collection Bührle en 1952. A cette date, le tableau avait déjà une longue histoire derrière lui et avait joué un rôle décisif dans la réception de l’art moderne français. Cela fut en grande partie dû à sa précédente propriétaire. Entre 1904 et 1943, le portrait a en effet appartenu à l’écrivain américain Gertrude Stein qui, avec son frère Leo, anima à Paris un atelier fréquenté par de nombreux artistes. C’est à cette occasion que Pablo Picasso vit le portrait de Madame Cézanne. Il s’en inspira ensuite pour réaliser le portrait de son amie Gertrude Stein. Le tableau de Cézanne est également présent sur de nombreuses photographies des appartements parisiens qu’occupa Gertrude Stein par la suite. En achetant le portrait de Madame Cézanne peu après 1900, Leo et Gertrude Stein exprimèrent ouvertement leur intérêt pour l’avant-garde de l’époque. Quant à Emil Bührle qui achète cette toile cinquante ans plus tard, il souligne l’importance qu'avait obtenu entre-temps cette même avant-garde pour l’histoire de l’art. Cette œuvre résume ainsi la place qu’occupe la collection Bührle dans l’histoire des collections d’art au 20ème siècle.