Camille Pissarro
(St-Thomas, 1830-1903, Paris)
La Route d'Osny à Pontoise, gelée blanche, 1873
Huile sur toile, 50 x 65 cm
Signé & daté en bas à gauche: C. Pissarro 1873
Pissarro/Durand-Ruel 287
Ce qui s’annonçait dans "La route de Versailles à Louveciennes" s’accomplit dans "La route d’Osny à Pontoise". La vue sur la rue ensoleillée, avec la petite maison, est reprise et devient le sujet principal. Sans les modèles posant avec leurs caractéristiques d’atelier, l’esquisse est peinte devant la nature; la route campagnarde, après un virage, conduit vers l’arrière-plan; elle est aussi le support de la lumière du soleil. Même les arbres renoncent en quelque sorte à leur individualité pour communiquer leurs tons dorés d’automne à tout le tableau. Pissarro est ici véritablement impressionniste, à la suite du maître Camille Corot. Rentré d’abord à Louveciennes après la guerre franco-allemande, le peintre est retourné, en 1872, dans la familière bourgade de Pontoise où Cézanne allait venir la même année. A trois kilomètres au nord-ouest de Pontoise se trouve le petit village d’Osny, où Pissarro habita en 1882/83 et où il peignit en compagnie de Gauguin. La route d’Osny à Pontoise serpente dans la plate vallée, le long du Viosne, qui se jette dans l’Oise à Pontoise. A plusieurs reprises, Pissarro a peint dans cette vallée; ici, à la limite de la commune de Pontoise, se trouve le moulin à eau peint plus tard par Cézanne.