Honoré Daumier
(Marseille, 1808-1879, Valmondois)
Les deux avocats, vers 1855/57
Huile sur bois, 20.5 x 26.5 cm
Signé en bas à gauche: H. Daumier
Maison, I-90
Le tableau des deux avocats de la collectoin Bührle nous montre Daumier en pleine possession de ses moyens. L’artiste est dans son véritable élément, celui qui était déjà familier au garçon de courses de treize ans au Palais de Justice. L’homme qui est en apparence l’incorruptible, qui rejette si fièrement la tête en arrière, prête pourtant attentivement l’oreille aux chuchotements de l’autre. La lumière théâtrale, qui n’illumine qu’un côté de son visage, correspond à la dualité de son être comme la partie restée dans l’ombre laisse deviner le caractère de son collègue. Daumier n’aime pas du tout les "avocats flous", et il laisse son pinceau exprimer ses sentiments; compte tenu des dimensions réduites de la toile, l’artiste parvient à une grandiose monumentalité. Bien que la technique de la lithographie soit encore visible comme source de l'invention créatrice, l’écriture large efface tout ce qui est littéraire; par le contraste clair-obscur, auquel s’ajoute les seuls éléments colorés de la chair et de l’arrière-plan ocre clair, l’artiste est proche du monde pictural de Manet et l’humour de la caricature se hausse à la dimension d’une accusation. Les deux mêmes acteurs, représentés ici en buste, apparaissent encore une fois représentés de trois quarts; il s’agit des deux avocats, aujourd'hui conservés au musée de Lyon.