Salomon van Ruysdael
(Naarden, ca. 1600-1670, Haarlem)
Vue de Rhenen, 1651
Huile sur bois, 43.5 x 54 cm
Signé & daté en bas à gauche: SVRUYSDAEL 1651
Stechow 523A
Lors du voyage d’Utrecht à Nijmegen, Kleve ou Arnhem, on atteignait à Rhenen la rive nord du Rhin et la petite ville apparaissait comme elle figure sur cette vue. Elle n’était pas située directement au bord du Rhin et elle n’avait pas de port. Etroitement enserrée dans une muraille moyenâgeuse, Rhenen s’étalait sur une colline. Il y avait deux moulins au plus haut point de la muraille. Mais l’emblème de Rhenen était la puissante tour de l’église de pèlerinage de Sainte-Cunera, datant du gothique tardif. Construite entre 1492 et 1531, elle était l’une des plus belles créations de cette époque aux Pays-Bas. Les reliques de Sainte-Cunera avaient permis à la petite communauté d’en entreprendre la construction. A l’ouest de la tour se trouvait le deuxième édifice remarquable de Rhenen, bâti un siècle après la tour: le palais de Frédéric V du Palatinat ("Winterkönig"), roi de Bohême, dont le règne n’a duré qu’un hiver. Cet édifice avait été construit en 1630/31 comme résidence pour ce réfugié de haut rang. Mais il l’avait déjà quitté au début de 1632. Dès lors, rien de remarquable ne se passa à Rhenen susceptible d’attirer l’attention sur cet endroit. Mais la ville vue de loin, de la rive nord ou de par-dessus le Rhin, séduisit encore un grand nombre de peintres et de dessinateurs. Salomon lui-même avait, en 1648, peint une vue de Rhenen (Londres). En 1660 (?), ou plus tard, il s’attaqua encore au moins deux fois à ce thème. La construction de notre tableau est déterminée par des ondulations de terrain au premier plan. de couleur brune, auxquelles s’ajoutent du jaune puis du vert à l’arrière-plan; à cela s’ajoute le gris-bleu du Rhin paisible et du ciel qui laisse transparaître le brun du fond. Des tons finement nuancés, du jaune ivoire sur la ville jusqu’au bleu du haut du tableau et aux multiples gris des nuages, font du ciel un spectacle coloré qui élève la représentation bien au-dessus de la simple réalité topographique.