Philips Koninck
(Amsterdam, 1619-1688, Amsterdam)
Paysage avec un promeneur se reposant, 1665
Huile sur toile, 65.5 x 94.5 cm
Signé & daté en bas à gauche: Pkonink 1665
Gerson 1
Koninck a peint beaucoup de paysages du même genre; il importe de les distinguer les uns des autres bien que l’adjonction d'un motif particulier semble ajouter un élément inutile qui détourne du thème du paysage. Au bord du chemin à gauche, au premier plan, un homme est assis avec une hotte sur le dos et il se repose. D’un autre promeneur qui s’éloigne vers la plaine, on ne distingue que le buste avec un sac à dos. A droite, on s'aperçoit d'une construction et, plus loin, d'une ville qui se détache à peine de ce qui l’entoure. Un fleuve serpente du milieu du tableau jusqu’à l’horizon. Par de tels tableaux, Koninck a élevé le plat paysage de son pays au niveau d'une expérience artistique: immense et cependant animé de collines et orné de végétation. Le paysage se présente à l'observateur comme une mer: étendu, hardi, sans limites latérales au premier plan, fuyant dans le lointain. Rendre cette impression de la continuité est une des tâches les plus difficiles pour un peintre. Ce tableau nous révèle l’essentiel de l’œuvre de Koninck – les couleurs et leurs effets qui ordonnent et qui créent l’atmosphère. Dans ce paysage, les tons chers à l’artiste déterminent l’ambiance générale: bleu-vert, vert sombre et des bruns s’ajoutant au jaune du milieu. Le fond brun lilas baigne le tout, surtout les lointains et le ciel. Les nuages s’amassent au-dessus de la plaine dans un dramatique contraste. Pourtant, seules leurs parties éclairées de gauche en haut, d’un blanc épais, sont fidèles à l'état original. Si l’atmosphère générale est celle d’un après-midi frais et lourd de pluie, cela ne correspondait pas à l’intention du peintre.