Antonio Canal (Il Canaletto)
(Venedig, 1697-1768, Venedig)
Le Grand Canal, vers 1738/42
Huile sur toile, 121 x 152 cm
Constable-Links 224
«La forte parenté de l’atmosphère des toiles des impressionnistes et des vénitiens du 18ème siècle a fini par me conduire à Canaletto, Guardi et Tiepolo.» C’est avec ces mots que lors d’une conférence tenue en 1954, Emil Bührle explique le cheminement qui l’a conduit de son principal centre d’intérêt, l’impressionnisme français, à certains domaines de la peinture classique. Cette vue du Grand Canal de Venise constitue avec la représentation grand format de l’église Santa Maria della Salute l’une des œuvres majeures de la section de la collection Bührle consacrée aux peintres vénitiens. Si cette dernière ne compte que quelques pièces, elle n’en est pas moins d’une qualité exceptionnelle. Ces deux tableaux faisaient à l’origine partie d’une série de six paysages représentant le cours du canal descendant du nord vers le sud. L’artiste, Antonio Canal, plus connu sous le nom de «Canaletto», donne à son tableau une impression de luminosité éclatante, notamment grâce aux ombres portées qui tombent le long des murs des bâtiments. L’impression de précision hyperréaliste est renforcée par l’exactitude des gondoles et des personnages. Ce réalisme nous ferait presque oublier que ces tableaux, contrairement aux œuvres des impressionnistes, ont été peints en atelier et non pas en plein air. Canaletto a été la première star des «vedute» vénitiennes, «veduta» signifiant «vue» en italien. Ce type de peinture a vu le jour au 18ème siècle et était destinée aux touristes qui parcouraient l’Italie afin de parfaire leur culture. Le consul anglais Joseph Smith contribua largement au succès des «vedute» vénitiennes en servant d’intermédiaire à des familles anglaises aisées qui lui passaient commande. La série dont sont issus les deux tableaux de la collection Bührle a elle aussi probablement été réalisée dans le cadre d’une commande de ce type. Ces tableaux restèrent accrochés pendant presque deux cents ans aux murs d’un château situé près d’Edimbourg avant d’être achetés par Emil Bührle en 1953.