André Derain
(Chatou, 1880-1954, bei Paris)
La Table, vers 1904
Huile sur toile, 94 x 85 cm
Signé an bas à gauche: Derain
Kellermann 273
Au moment où, en 1904, âgé de vingt-quatre ans, Derain revint à la vie civile dans son lieu de naissance de Chatou, après trois ans de service militaire, il obtint enfin, grâce à l’intervention de Matisse, la permission de se consacrer entièrement à la peinture. Il avait accumulé beaucoup de choses en lui, et elles allaient le pousser à une création eruptive. C’était précisément le bon moment pour s’associer aux jeunes artistes de l’avant-garde qui avaient donné une grande importance aux couleurs vives et pures. Ce mouvement était si fort qu’il emporta chez Derain toutes les tendances traditionnelles qui le retenaient encore. La vitalité de son ami Vlaminck, son aîné de quatre ans, qu’il retrouvait à Chatou, l’autorité de Matisse, avec lequel il travailla pendant l’été de 1905 à Collioure et, enfin, les commandes de Vollard pour les vues de la Tamise à Londres, en le débarrassant de ses scrupules, firent le reste. Par rapport aux nombreux paysages de ces années-là, les natures mortes sont plus rares. Une nature morte démesurément grande et surchargée d’objets de 1904 est encore tout à fait sous l’influence de Cézanne. Par contre, dans l'intérieur avec une table et une chaise de la collection Bührle, peint peu de temps après aux couleurs vives et à la perspective exagérée, on ressent le voisinage de son ami Vlaminck.