Edouard Vuillard
(Cuiseaux, Saône-et-Loire, 1868-1940, La Baule)
La Visiteuse, vers 1900
Huile sur papier marouflé sur toile, 59.5 x 51 cm
Signé en haut à droite: E. Vuillard
Salomon/Cogeval VII-212
Il ne s’agit ici ni de l’un des nombreux tableaux de l’entourage familial, ni de l’un des nombreux portraits commandés vers la fin de la carrière de l’artiste; un modèle a posé simplement, le titre est venu ensuite. C’est la matinée heureuse d’un peintre; ce petit tableau est en effet une œuvre exquise par les subtils tons gris du mur qui se prolongent dans le miroir, interrompus par l’or lumineux du cadre. Devant le gris, le noir d’ébène de la cheminée, le feu scintillant et un modèle patient, en manteau noir, coiffé d’un chapeau de paille jaune. Comme c’était déjà le cas dans le "Salon avec les trois lampes" (1899), l’espace n’est plus, chez Vuillard, depuis le tournant du siècle, rendu par des parallèles, mais il est accentué par des alignements. Nous nous trouvons à la rue de la Tour où Vuillard avait occupé, avec sa mère, un appartement jusqu’en 1908, année où il déménagea à la rue de Calais, près de la place Vintimille. Après l’exiguïté du logement de la rue Ruffaut, le peintre fut enchanté par la richesse de la lumière et la vue étendue sur les cultures de fleurs.