Emil Georg Bührle
1890-1956 : entrepreneur et collectionneur d'art
Dmitri Kessel, Emil Bührle dans sa collection, 1954
© gettyimages


31 août 1890

Emil Georg Bührle, fils d’un fonctionnaire badois, naît à Pforzheim. Il fréquente le lycée et commence à se passionner pour l’art et la littérature.

1909-1914 : études

Emil Bührle s’inscrit en philologie à l’Université Albert-Ludwig du Grand-Duché de Bade à Fribourg en Breisgau. Il suit les cours et les séminaires de littérature allemande et anglaise. Au semestre d’hiver 1910/11, il intègre l’Université Ludwig-Maximilian à Munich où il s’inscrit aussi à deux cours d’histoire de l’art. Il visite les expositions et les musées de la capitale bavaroise. Dès 1911, Emil Bührle poursuit ses études à Fribourg, où il suit maintenant régulièrement des cours sur la sculpture gothique auprès du professeur Wilhelm Vöge. En 1913, Bührle visite la Galerie Nationale à Berlin et y voit les tableaux des peintres impressionnistes français, achetés récemment par Hugo von Tschudi. Le souvenir du violent rejet subi par Tschudi, directeur de la Galerie Nationale, par l'empereur d'Allemagne en personne devant ces toiles est très vivace dans l'esprit de l'époque et influence la fascination qu' Emil Bührle éprouvera pour l'art de l'impressionnisme jusqu' à la fin de sa vie.

1914-1918 : première guerre mondiale

Début août 1914, la première guerre mondiale éclate et Emil Bührle est incorporé au troisième régiment de dragons de Bade. En juillet 1916, il est promu au rang de lieutenant et prend le commandement d'un peloton de mitrailleurs ; il est posté sur les fronts est et ouest de l’Allemagne. En Roumanie, Bührle fait la connaissance de l’historien d’art Arthur Kauffmann.

1919-1923 : fondation d'une famille et entrée dans la vie professionnelle

Après l’armistice de novembre 1918 et l’effondrement de l’empire allemand, des unités de l’armée allemande restent mobilisées afin de contrer les troubles révolutionnaires qui éclatent dans tout le pays. Emil Bührle est cantonné avec son unité à Magdebourg et logé dans la maison du banquier Ernst Schalk. Il se fiance à sa fille, Charlotte Schalk, en octobre 1919 et intègre l’usine de machines-outils de Magdebourg, dans laquelle son beau-père a une participation. Après son mariage en 1920, Emil Bührle est muté à Stolberg am Harz, dans une entreprise annexe de l’usine de Magdebourg, où il se familiarise avec l’aspect technique de sa nouvelle fonction.